Le cellulaire est-il dangereux?

0
427

 

Le téléphone cellulaire, outil performant de communication, suscite actuellement un extraordinaire engouement et provoque aussi un débat quant à son innocuité ou non. L’émission et la réception des ondes qui permettent le fonctionnement du téléphone, génèrent un champ magnétique dans un rayon plus ou moins large, centré autour de l’appareil et la tête, et dans lequel notre organisme baigne. Il faut savoir que le fonctionnement normal de la matière vivante elle-même s’accompagne de production de forces electrophysiologiques, nécessaires aux échanges cellulaires. C’est le cas, par exemple du système nerveux, le cerveau et ses neurones, en particulier. On peut actuellement capter, grâce à un appareil dénommé Magnétoencéphalogramme, les ondes magnétiques émises par le cerveau et obtenir ainsi des tracés comparables à ceux de l’Électroencéphalogramme. Alors y a-t-il compétition ou effets néfastes du champ magnétique produit par le cellulaire posé sur l’oreille, dans ses rapports avec le cerveau et le corps, ou non ? Aucune donnée scientifique ne permet actuellement de le certifier, mais de récents résultats de la recherche scientifique devraient faire réfléchir.

L’exposition expérimentale, pendant environ 20 heures, d’un lot d’embryons de poulet à un champ magnétique reproduisant celui du téléphone cellulaire, a entraîné une destruction plus importante dans ce lot que dans celui qui n’a pas été exposé. Une deuxième expérience a consisté à comparer les cellules de vers de terre très utilisés en laboratoire, à de forts champs magnétiques, à d’autres vers non exposés. Dans le premier lot, il a été mis en évidence une plus importante synthèse de protéines dites “de stress” ou “protéines de choc thermique” qui, normalement, ne sont produites en quantité que par un organisme fortement stressé par une forte température, des infections ou diverses autres agressions chimiques ou toxiques. L’être humain n’est, bien sûr, ni un embryon de poulet, ni un ver de terre, et son cerveau est censé être protégé par la boite crânienne. Mais, même si aucun cas de pathologie spécifique liée au portable n’a été décrit sous réserve du peu de recul dont nous disposons, et que l’Organisation Mondiale de la Santé vient de redire le caractère inoffensif actuel du téléphone cellulaire sur l’organisme, ces résultats d’expériences menées, rappelons-le, dans des conditions extrêmes doivent inciter à quelques prudences. La première est d’éviter les utilisations intempestives et inutilement prolongées du cellulaire, afin de limiter les temps d’exposition. Le deuxième est d’être limitatif – jusqu’à preuve du contraire – quant à l’utilisation exagérée du portable par les enfants, dont les organismes en croissance, le système nerveux en particulier, ne sont pas encore entièrement matures. Surtout chez eux, nous ne disposons pas d’assez de données scientifiques pour bien comprendre la manière dont ils reçoivent et intègrent ces champs magnétiques à travers leur crâne, dont l’os est beaucoup moins épais que celui de l’adulte.

A L’ATTENTION DE MR VIEUX SAVANE

Rédacteur en Chef SUD-QUOTIDIEN

A Retenir :

  • Le téléphone portable est-il dangereux pour la santé ?

Maux de tête, troubles auditifs, picotements de la peau, clignements oculaires, pertes de mémoire, troubles de la concentration, bourdonnements d’oreilles… Les études contradictoires se multiplient pour démontrer les dangers des téléphones portables.

Parmi les risques liés à l’utilisation de la technologie des ondes radio, deux sembleraient avoir une incidence directe sur notre cerveau. Les effets thermiques sont les plus palpables. En effet, l’utilisation continue d’un mobile pendant 20 minutes fait augmenter la température des tissus en contact de 1° Celsius. C’est alors le cortex, la partie la plus sensible du cerveau se trouvant à proximité de l’oreille, qui absorbe cette fluctuation thermique. Second danger : l’émission par l’antenne d’ondes ultracourtes de très hautes fréquences émises au niveau de l’antenne qui sont absorbées pour moitié par la tête de l’utilisateur.

D’après de nombreux spécialistes, il est possible, à terme, que l’ADN cellulaire soit lésé, ce qui provoquerait des tumeurs cancéreuses.

Les kits mains libres (systèmes de plus en plus répandu d’oreillette permettant de téléphoner tout en conduisant) mis récemment sur le marché font l’objet d’études aux conclusions contradictoires : augmentation de 30% des radiations absorbées par le cerveau selon une enquête britannique, réduction jusqu’à vingt fois des ondes électromagnétiques transmises vers le cerveau d’après une récente étude israélienne. Suivant l’étude menée par Which, le magazine de l’Association britannique des consommateurs affirme que les kits mains libres pourraient augmenter la transmission des ondes au cerveau. En effet, les chercheurs ont établi que le fil qui va du téléphone à l’oreille agirait comme une antenne véhiculant trois fois plus de radiations au cerveau de l’utilisateur qu’un portable utilisé classiquement

Au contraire, répond l’étude menée par les Israéliens : l’éloignement de l’oreille du au fil du kit mains libres réduirait jusqu’à 20 fois le niveau des ondes électromagnétiques transmises vers le cerveau.

Le débat reste donc entier. Comme l’écrit l’Académie de médecine, “S’il reste de nombreuses incertitudes sur les effets biologiques possibles des radiations électromagnétiques utilisées dans la téléphonie portable, il importe de bien distinguer l’incertitude du risque”. L’abus du téléphone mobile semble donc à proscrire en attendant des enquêtes plus concordantes sur le sujet…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
19 × 3 =