« La vieillesse se prépare comme un champion prépare sa course ».

0
306

 

Notre nouvelle et légitime ambition n’est modeste qu’en apparence. “Savoir vivre content,longtemps” ne va pas de soi après un siècle orageux. Conserver notre plaisir d’exister jusqu’à demain, après-demain et la suite, c’est tout un programme, le nôtre. Il faut pour cela des stratégies résolues et intelligentes, à commencer par le maintien, à tout âge, de notre équipement de survie heureuse : un corps et un cerveau en bon état de fonctionnement et une envie de vivre rebondie. Notre physique, notre mental et notre sérénité émotionnelle deviennent ainsi, plus que l’argent ou la réussite, notre bien le plus précieux.

Stratégies de précaution : éviter ce qui est toxique ou handicapant dès l’adolescence. Fumer à 15 ans, c’est d’avance s’infliger des luttes incertaines et répétées pour, plus tard, se désintoxiquer.

Stratégies d’entretien : c’est dur de se mettre à l’exercice physique après 40 ans, quand on comprend que jouer au tennis douze fois par an ne muscle ni nos jambes ni notre cœur. Perdre l’habitude de la lecture, du fait d’une vie active et stressée, rendra plus difficile la réactivation de nos neurones qui ne s’usent que si l’on ne s’en sert pas.

Stratégies de prévision : se méfier des métiers éphémères trop liés à la jeunesse, la forme ou l’aspect physique ; les reconversions de milieu de vie peuvent être pénibles. Planifier notre futur financier pour éviter les montagnes russes dans notre niveau de vie. C’est sur le tard que l’on a besoin d’une vie plus douillette.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
10 − 6 =