Pr Mamadou Habib Thiam

Chef du service de Psychiatrie

Président du Comité de gestion du CEPIAD

Ouvert le 1er décembre 2014 par Mme Awa Marie Coll Seck, Ministre de la Santé, le CEPIAD a démarré ses activités en février 2015. Il s’agit de la dernière-née des unités du service de psychiatrie du CHNU Fann.

Sa création fait suite à l’enquête UDSEN (Enquête d’estimation de taille, de pratiques à risque et de prévalence des infections VIH, VHB et VHC chez les usagers de drogues injectables dans la région de Dakar) menée en 2011 au CRCF (Centre Régional de Recherche et de Formation à la Prise en Charge Clinique de Fann). Cette enquête avait mis en évidence l’existence d’une forte population de consommateurs de drogues injectables et leur extrême vulnérabilité sur le plan social et sanitaire, du fait de l’absence d’une prise en charge adaptée.

Le CEPIAD est ainsi le premier centre spécialisé dans la région ouest africaine sur la prise en charge des consommateurs de drogues.

Il est le fruit d’une collaboration entre le service de psychiatrie, le service des maladies infectieuses et tropicales, le CNLS (Centre National de Lutte contre le SIDA) et les partenaires techniques financiers (ANRS, IMEA, ONUDC, ESTHER, etc.)

De façon générale, l’objectif du CEPIAD est d’offrir une prise en charge ambulatoire globale aux personnes dépendantes de substances psycho-actives dans le respect de leurs droits humains.

Pour assurer son fonctionnement, le CEPIAD dispose de plusieurs organes :

  • Le Comité de Pilotage (COPIL) : dirigé par la Secrétaire Exécutive du CNLS
  • Le Comité de Gestion (COGES) : présidé par le Chef du service de Psychiatrie
  • L’équipe de Coordination : dirigée par le Coordinateur technique

L’équipe du CEPIAD est composée de 3 psychiatres addictologues, d’un médecin généraliste, d’une infirmière surveillante de l’unité, d’une assistante sociale, d’un préparateur en pharmacie, d’un Technicien Biologiste et d’une secrétaire. Cette équipe est renforcée par 2 infirmiers vacataires et un assistant social recruté dans le cadre d’un projet de recherche en cours appelé CODISEN (étude de Cohorte de Consommateurs de Drogues Injectables au Sénégal) démarré en juillet 2016.

A côté de cette équipe fixe, le CEPIAD dispose d’une équipe mobile constituée de médiateurs pairs et d’assistants sociaux.

L‘organisation physique du CEPIAD a été réalisée pour répondre au mieux aux objectifs d’un centre ambulatoire de prise en charge des addictions permettant ainsi de dérouler diverses activités centrées sur les besoins des usagers.

Afin de faciliter le circuit de l’usager, le Centre est organisé en plusieurs espaces comme le montre le schéma ci-dessous.

L’accueil est un poste fondamental du dispositif du centre et la qualité de ce premier contact permet de renforcer la démarche personnelle de l’usager et de créer les premières conditions favorables à l’établissement d’une alliance thérapeutique. Le rôle de l’accueillant est d’évaluer la demande de l’usager, d’expliquer le fonctionnement du centre et d’orienter les usagers. Ainsi des qualités relationnelles, d’écoute, d’organisation et de discrétion sont nécessaires à ce poste qui est du ressort d’un travailleur social ou d’un animateur pair.

L’espace addictologie est sous la responsabilité de médecins ayant des compétences en addictologie ; cette unité a pour objectif d’évaluer l’addiction des usagers (produit consommé, rythme et mode de consommation, etc..) et les éventuelles co-morbidités psychiatriques, de promouvoir la réduction de comportements à risque pour la santé, d’informer sur les possibilités thérapeutiques et de rechercher une alliance thérapeutique avec le patient. Si l’usager est éligible au programme TSO (Traitement de Substitution aux Opiacés) après une discussion d’équipe, c’est au médecin addictologue que revient la décision et la responsabilité de prescrire la méthadone ainsi que de l’évaluation et du suivi des patients sous méthadone.

L’espace médical a pour objectif d’évaluer l’état de santé global, de réduire les comportements à risque pour la santé, de dépister les pathologies somatiques fréquemment rencontrées chez les usagers (VIH, hépatite virale B et C, tuberculose, IST) et de traiter ou référer le patient pour traitement selon les pathologies diagnostiquées. En dehors du médecin consultant, un accès à une salle de soins dans laquelle des actes infirmiers pourront être effectués (pansements, abcès, petite chirurgie) est disponible.

L’objectif de l’unité psychosociale est dans un premier temps de déterminer les besoins psycho-sociaux des usagers et de construire un accompagnement psychosocial personnalisé se situant à différents niveaux selon les besoins des usagers et leur personnalité propre.

Au niveau identitaire, ce soutien vise à accroitre la connaissance et l’estime de soi, à développer des connaissances et favoriser l’autonomie, la responsabilisation et la socialisation des usagers. En s’appuyant sur des interventions communautaires, cet accompagnement peut répondre à des besoins de première nécessité (nourriture, hygiène etc..) ou des besoins dans le cadre de formations, de recherche de travail, d’appui juridique dans le respect de la dignité et des droits humains des usagers.

Ainsi, l’équipe psychosociale sera composée d’assistant sociaux et autres travailleurs sociaux, de psychologues et de médiateurs pairs.

L’espace de convivialité est un lieu de rencontre privilégié pour les usagers permettant à la fois des activités de réduction des risques (information, distribution de matériel stérile, de préservatifs) et des activités de première nécessité (accès à des douches, repas communautaires, etc.), sociales et occupationnelles (coin télévision, coin informatique, bibliothèque, atelier batik, atelier d’art thérapie, atelier sport, micro jardinage, aviculture, etc…).

L’équipe de réduction des risques (RdR) est composée essentiellement de travailleurs sociaux et de médiateurs pairs faisant essentiellement partie de l’équipe d’outreach afin de faire le relai avec le travail de terrain.

L’équipe RdR du CEPIAD effectue 4 sorties hebdomadaires sur les différentes scènes de deal et de consommation de la région de Dakar.

Au total de 2015 à 2017, le CEPIAD a reçu 1091 patients. Le produit qui fait le plus l’objet de demande de prise en charge est le cannabis (358 patients, suivi de l’héroïne (346), l’alcool (176), le tabac (65), la cocaïne/crack (56), les médicaments (30), les solvants (16). Les hommes représentent 90% des usagers.

La prévalence du VIH chez les Consommateurs de Drogues Injectables (CDI) reste élevée (4 %), mais surtout chez les femmes (19%) alors qu’elle est de 3% chez les hommes.

241 patients dépendants aux opiacés ont été inclus dans le programme méthadone. 61 patients inclus ont arrêté le programme méthadone pour diverses raisons dont surtout celles liées aux arrestations et incarcérations, du fait de l’environnement légal qui reste encore très répressif.

La forte fréquentation du CEPIAD montre l’importance de la mise en place d’un tel dispositif au Sénégal. Depuis son ouverture en 2015, le CEPIAD a réalisé des progrès importants dans la prévention et la prise en charge des patients présentant une addiction. Les demandes deviennent de plus en plus importantes et diversifiées. Au-delà de ses activités de prévention et de prise en charge des addictions.

Le plaidoyer doit être poursuivi pour une décentralisation des activités du CEPIAD, le renforcement de ses moyens d’intervention et l’amélioration du cadre juridique d’intervention.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
12 − 10 =