Faut-il prendre des vitamines?

0
349

 

Dans notre alimentation, à côté des protéines, des sucres et des matières grasses, de petites substances jouent un rôle considérable pour la santé. Ce sont des vitamines. Elles servent de stimulateurs à de multiples réactions chimiques qui permettent le meilleur fonctionnement, la nutrition et la régénération du corps. Les vitamines ne sont pas faites pour grossir (on grossit quand on consomme plus de calories qu’on en dépasse). Les vitamines sont désignés par des lettres de l’alphabet, moins compliqués que leurs noms chimiques. Une partie d’entre elles est dites “soluble dans l’eau ” ce qui les fait circuler dans l’organisme, jouer leur rôle sans s’accumuler; les surplus sont alors éliminés par les urines. Ce sont les vitamines B1 (utiles pour les nerfs), B2 (pour la peau) B6 (nerf, foie, muscles), B8 (peau, croissance, muscles), B9 (nécessaire pour la grossesse et le sang), B12 (cellules du sang, nerfs muscles et os), C (défense de l’organisme, fatigue, convalescence), PP (peau, appétit, circulation).

Leur non -stockage fait qu’il faut s’en procurer quotidiennement par une nourriture variée.

D’autres sont “solubles dans les matières grasses”; le foie et les graisse peuvent en stocker. Grâce à cela une absorption quotidienne n’est pas obligatoire. Ce sont les vitamines A (vision, grosses et allaitement, résistance aux infections), D (pour le calcium, les os et la croissance), E (ralentit le vieillissement des organes, améliore la fertilité et renforce la résistance) et K (utile contre les hémorragies).

L’organisme ne sait pas fabriquer les vitamines sauf la vitamine D dont une partie est fabriquée par la peau sous l’effet des rayons du soleil. Nous avons tous besoin des vitamines. Mais encore plus les enfants, les femmes en état de grossesse, les personnes âgées, les alcooliques et fumeurs, les malades. En période de jeun, si on ne se nourrit pas assez aux repas prévus, certaines vitamines peuvent manquer. Il faut les suppléer. Une bonne alimentation en fournit assez si elle est riche en fruits frais ou secs, et en légumes frais. Le foie, les œufs, le poisson, la volaille, les produits laitiers entre autres nutriments, en contiennent. Il faut éviter les cuissons extrêmes qui dénaturent la qualité des aliments. Sinon, si cette variabilité alimentaire n’est pas assurée, les complexes vitaminiques assurent, sous formes de comprimés, de sirops ou d’ampoules, un apport intéressant qui garantit, en outre, la synergie efficace des vitamines entre elles. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien, pour en tirer le meilleur profit. Seuls les abus inconsidérés de certaines d’entre elles sont nuisibles.

A Retenir :      

Les vitamines jouent de nombreux rôles dans l’organisme. Leurs actions principales sont la fonction co-enzymatique et des actions anti-oxydantes et hormonales.

  • Les vitamines sont impliquées dans 4 grands types de fonctions :La fonction co-enzymatique : la vitamine se fixe sur l’enzyme qui catalyse une réaction chimique et agit conjointement avec elle. Par exemple, la vitamine B2 agit comme une coenzyme dans la production d’énergie par oxydation du glucose.
  •  Le transfert de protons et d’électrons dans la chaîne respiratoire et la neutralisation des radicaux libres qui sont toxiques pour les tissus (action anti-oxydante).
  •  La stabilisation des membranes par inhibition des phénomènes d’oxydation.
  • Une fonction de type hormonal en déclenchant la synthèse d’une protéine effectrice.

Les vitamines participent à de nombreux métabolismes cellulaires en intervenant dans des réactions chimiques soit en tant qu’agent actif, soit en permettant la réaction entre deux agents, soit en neutralisant les déchets de la réaction.

Minuscule mais indispensable : les oligo- éléments :

Moins vulgarisées et connues que les vitamines mais tout aussi indispensables, les “oligo-éléments” ne font pas beaucoup parler d’eux. Ils sont pourtant nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme et à son équilibre. Ils sont présents dans les aliments dans  notre corps en si petites quantités qu’on les dit à l’état de “traces” (oligo). Ces éléments minéraux jouent des rôles très variés pour le meilleur fonctionnement de nos cellules. Leurs déficits peuvent à la longue expliquer de symptômes divers.

Les plus “célèbres” de ces oligo-éléments sont le fer, qui participe à la formation de l’hémoglobine des globules rouges. Sa carence entraîne une anémie (cf Flash Santé du 15 février 1996). On en trouve dans le foie, les lentilles, le jaune d’œuf, le bissap, les haricots ….Le cobalt et le nickel jouent  aussi un  rôle dans la fabrication des globules rouges. L’idole que la récente campagne d’iodation du sel a fait mieux découvrir par le public (même si on entend plus parler qu’on ne le trouve sur les états des marchés), est nécessaire au fonctionnement de la glande thyroïde située au niveau du cou. Son déficit entraîne un goitre, une frilosité, une arriération mentale et d’autres signes d’insuffisance. On en trouve dans les fruits de mer, l’ail et le sel de mer.

D’autres sont moins bien connus mais sont d’une utilité constante. Comme le zinc pour la peau et nos défenses immunitaires, le molybdène et le fluor pour les dents et les os (l’excès de fluor dans l’eau de la région de Kaolack provoque une coloration marron des dents). Le cuivre participe à la fabrication des globules rouges et des nerfs. Le magnésium est un régulateur de système nerveux et le manganèse est utile contre les allergies et le vieillissement des tissus. Le cœur et les artères ont besoin du chrome  et du sélénium. Le lithium a des effets contre l’anxiété et les dépressions; tandis que le soufre est utilisé (à faible dose) contre les affections respiratoires et la peau. Dans les légumes et le riz, plat de base du Sénégalais on trouve du silicium qui participe à la fabrication des os et des constituants permettent la souplesse de la peau. Le phosphore participe “à côté du calcium à la construction des os et à un rôle énergétique. Le potassium participe à l’équilibre entre les oligo-éléments.

Une alimentation saine et équilibre fournit normalement les doses infimes d’oligo-éléments dont le corps a besoin : légumes, abats, produits de la mer, jaune d’œuf, viandes fruits frais ou secs, cacao, produits laitiers, céréales. Une “nouvelle médecine “oligo-thérapie” utilise les préparations pharmaceutiques qui réunissent ces petites molécules qui agrémentent la vie d’un plus. Pensez-y, en même temps que les vitamines et tout le reste, pour avoir une nutrition saine. Surtout si vous êtes tout le temps fatigué(e), malade avec de douleurs partout. Mais comme dans toute chose, seuls les  abus sont nuisibles.

A Retenir :

Notre organisme est constitué de milliards de cellules.
Chacune se comporte comme un laboratoire qui produit en permanence des réactions chimiques assurant ainsi le bon fonctionnement de notre organisme.
Toutes ces réactions sont sous la dépendance de petites ouvrières appelées enzymes qui déclenchent les réactions biochimiques.
Pour que ces réactions aient lieu, l’enzyme a besoin d’une « étincelle » : les oligo-éléments.

Les oligo-éléments sont des activateurs essentiels de nombreux mécanismes biologiques sur le plan digestif, musculaire, circulatoire ou cérébral. Bien que présents en très faibles quantités* dans le corps, ils sont indispensables à son fonctionnement et au maintien de son équilibre.
* (teneur < à 100 milligrammes par kg de poids corporel soit < à 7 g pour un adulte de 65 kg.

 

 

Il existe deux types d’oligo élément :

Les oligo-éléments non essentiels :

Ils ne sont habituellement pas présents chez l’homme :

  • Aluminum, Argent, Bismuth, Lithium et Or.

Ils n’ont aucune action physiologique naturelle, en revanche, ils sont dotés de propriétés pharmacologiques.

Les oligo-éléments essentiels :

Plus de 80 éléments ont été retrouvés chez l’homme, mais à peine une quinzaine se révèle aujourd’hui indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Ils sont dits « essentiels » car ils agissent comme catalyseurs.

Ces oligo-éléments sont des minéraux que notre organisme ne peut fabriquer et que nous trouvons donc exclusivement dans notre alimentation.

Toute carence entraîne des dysfonctionnements.

L’ensemble des cellules se nourrit du liquide extracellulaire.

L’eau et ses éléments minéraux doivent donc être considérés comme le support de tous les mécanismes cellulaires, donc vitaux.

L’action de tous les ions minéraux permet à chaque cellule de récupérer d’une manière naturelle ses performances optimales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
25 + 5 =